Loading...

mardi 31 mai 2011

Notre poison quotidien : l'industrie chimique dans notre assiette

Depuis la deuxième guerre mondiale, 100 000 molécules chimiques ont envahi notre environnement, principalement notre alimentation. En même temps, le cancer, les maladies neurologiques ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n'ont cessé de progresser.

Quelle est la responsabilité de l'industrie chimique dans cette épidémie de maladies chroniques? C'est la question sur laquelle a enquêté pendant deux ans la journaliste française Marie-Monique Robin, c'est aussi elle qui avait réalisé Le monde selon Monsanto.
 
Son enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments depuis le champ du paysan jusqu'à notre assiette. Elle décortique le système d'évaluation et d'homologation des produits chimiques et démontre qu'il est défaillant et inadapté. C'est le constat qui me renverse le plus: la complicité des organismes publiques sensés protéger les gens.


Le documentaire de Marie-Monique Robin sera présenté dimanche 5 juin à Télé Québec. Notre poison quotidien, c'est aussi un livre, publié chez Stanké.

Mme Robin a un blogue sur lequel elle répond aux critiques que son documentaire suscite, n'hésitez pas à aller le consulter.

Elle n'est restée que quatre jours à Montréal, mais a enchaîné les interviews, à raison d’une dizaine par jour !

On peut la lire, l'entendre ou la voir ici :
Michel Désautels de Radio Canada :
http://www.radio-canada.ca/emissions/desautels/2009-2010/chronique.asp?idChronique=154607

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/marie-claude-lortie/201105/25/01-4402497-mauvaise-chimie.php

vendredi 27 mai 2011

Journée sans maquillage: 8 juin

Le 8 juin prochain aura lieu la deuxième édition de la Journée sans maquillage. Le défi : se montrer au naturel! Nous pouvons toutes participer en ajoutant notre photo à la mosaïque sur le site de l'événement : http://www.journeesansmaquillage.com/

Je viens de recevoir cette invitation par courriel de Canal Vie et je trouve l'initiative vraiment bien, donc je vous diffuse l'information.

À la suite du franc succès qu'a connu la Journée sans maquillage l'an dernier, Canal Vie, Elle Québec et RockDétente unissent à nouveau leur voix pour proposer une deuxième édition de l'événement le 8 juin prochain. Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à délaisser durant 24 heures leur trousse de maquillage et à se présenter au travail ou dans leurs occupations habituelles sans fard.

Pour célébrer cet événement, nous vous invitons à envoyer une photo de vous-même non maquillée, photo qui se retrouvera dans notre mosaïque. Celle-ci sera également publiée dans le numéro de septembre d'Elle Québec. Canal Vie soulignera la Journée sans maquillage par la diffusion en grande première du documentaire Belle au naturel – La séduction, le 8 juin prochain à 15 h et 21 h. Pour plusieurs femmes, l'idée de séduire un homme sans maquillage est impensable. Dans ce documentaire, trois femmes osent affronter le regard de l'autre et leurs angoisses, afin de réaliser que leur charme et leur charisme peuvent rayonner au-delà des fards.

Les personnalités Saskia Thuot, Andrée Watters et Julie Le Breton ont également accepté de se prêter au jeu dans le documentaire. Elles seront aussi présentes dans le numéro spécial du magazine Elle Québec, qui participe à l'initiative en dévoilant dans son numéro de juin, 13 vedettes qui ont accepté de montrer leur beauté naturelle : Andrée Watters, Julie Le Breton, Hélène Bourgeois-Leclerc, Sophie Prégent, Pascale Bussières, Marie-Christine Trottier, Isabel Richer, Marie-Thérèse Fortin, Johanne Despins, Ariane Moffat, Saskia Thuot, Fabienne Larouche, Mélanie Gagné.

jeudi 26 mai 2011

Banque de cellules souches ?

Je me suis vue remettre quelques dépliants et prospectus par la technicienne lors de l'échographie, en plus du dossier avec le résultat de l'échographie. L'un d'eux s'intitule "Banque de cellules souches, sang de cordon ombilical, cellules mesenchymateuses -Peristem"... quoi ? Le petit bébé est tout mignon sur la page couverture du document, mais les cellules mesenchymateuses je ne connais pas et de nom, elles ne me sont pas très sympathiques...
Je me rappelle que la technicienne nous ait parlé des cellules souches en nous remettant les papiers, mais j'imagine que j'écoutais d'une oreille :) Malik se souvient qu'elle a mentionné nous donner les papiers, mais que le médecin nous expliquera davantage lors de notre prochain RDV si nous avions des questions.

Et bien oui, j'en ai des questions... :) ça fait quoi des cellules mesenchymateuses -Peristem ? Qu'est-ce que ça mange ? Comment ça fonctionne le processus de collecte de ces cellules ? Est-ce qu'on pique mon bébé ? Doit-il faire des tests ? Dois-je moi-même en passer ?

Je sais que j'ai déjà vu des reportages ou des émissions sur les cellules souches (mesenchymateuses ou pas, là je ne sais pas!), mais je ne me rappelle plus très bien c'était dans quel contexte exactement. Je crois que les cellules souches peuvent aider à combattre l'Alzheimer. Il me semble que j'ai vu aussi des avancées sur les greffes avec des cellules souches. J'ai parcouru très rapidement la première page de ces documents (il y en a quand même beaucoup !), un sur l'allaitement, un autre sur mes volontés concernant l'accouchement (un plan de naissance), des info sur la douleur. En fait, j'ai tout mis dans un même tas, donc je ne sais plus ce qui m'a été donné chez le médecin et ce qui m'a été donné à l'échographie ! Ceci dit, cette histoire de cellules souches m'a intéressé, mais je suis quand même étonnée de ne pas trouver beaucoup d'info là-dessus... Vous commencez à me connaître, j'aime bien aller trouver plein d'info sur internet. Je suis curieuse et j'ai besoin de me renseigner. Je vais donc chercher de l'info sur le sujet...
Je commence maintenant.

Déjà je vais essayer de mettre la couverture du dépliant que je me suis fait remettre (je viens de le trouver sur internet).

lundi 23 mai 2011

Balade au parc le coeur léger

Nous avons passé une très agréable fin de semaine, Malik et moi. Il faisait beau, nous avons marché dans le parc Charbonneau pas très loin de la maison, et nous nous sommes même permis de penser à nos futures balades avec notre enfant. Depuis l'échographie de vendredi au test de dépistage, nous flottons sur un nuage. On dirait qu'on ne pense même plus aux années difficiles que nous avons surmontées avant d'en arriver là, avec merveilleuse nouvelle. Je sais qu'il pourrait arriver un quelconque malheur et que tout pourrait basculer, mais j'y pense beaucoup moins. Nous n'avons pas encore reçu les résultats pour la prise de sang. On nous avait dit 48h, donc nous devrions les recevoir demain, mardi ou mercredi en début de journée (je ne sais pas s'ils compte le samedi). Mais on dirait que le fait de passer l'échographie, nous a rassuré. Toutes les mesures étaient belles. J'ai quand même hâte d'avoir des nouvelles.

Sinon, pour moi ça se passe bien. Je commence à avoir de plus en plus de "symptômes" de grossesse au niveau des seins. J'ai l'impression que ceux-ci changent. Je les sens gonfler. Il me semble que j'ai lu quelque part, qu'ils se préparaient très tôt à produire du lait... peut-être que j'y suis déjà !?
Je suis bien contente de ne pas travailler lundi non plus. Cela nous permet de flâner un peu... Nous nous sommes même permis de commencer à réfléchir à la chambre que nous allons commencer à aménager. Chambre que nous avons maintes et maintes fois refaites dans nos rêves... mais cette fois-ci c'est la bonne !
Ah ! Comme la vie est belle aujourd'hui :)

vendredi 20 mai 2011

Parcours de la combattante : Avoir un enfant par la FIV

Pour beaucoup de personnes, le fait d'avoir des enfants est un acte simple, et même parfois imprévu.
Mais pour d'autres, comme pour moi, réussir à tomber enceinte peut relever du miracle, ou tout au moins du parcours du combattant, avec ses doutes, ses déceptions, ses espoirs et ses épreuves...
Souvent, quand on ne vit pas ces situations, on ne peut pas s'imaginer ce que peut représenter ces longs mois de piqûres, de tests, de recherches d'antécédents pour comprendre d'ou vient la source du mal !!! C'Est quoi le problème ???
Par le biais de ce blog, je souhaite donc raconter mon histoire, comment s'est déroulée ma fiv, mes trois longues années d'attente, mais surtout le suivi maintenant heureux de ma grossesse!

Petit résumé de mon traitement :
Le début du traitement c'est la stimulation des ovaires. Le but étant de faire grandir un plus grand nombre de follicules, qui deviendront des ovules et que l'on pourra recueillir pour créer nos petits embryons. Quand je suis prête (assez stimulée grâce aux médicaments, puor moi ce fut le Menopur et le Bravelle), on espère que la stimulation aura permis à mes ovaires de produire plus d'ovules que la normale (1) et on ira recueillir ces follicules. La deuxieme étape c'est donc le suivi des follicules.  Ensuite, quand avec une échographie, on se rend compte qu'il y a beaucoup de follicules matures (18 mm je crois), il faut prévoir d'aller les ponctionner et d'éviter l'ovulation pour ne pas que ces jolis follicules disparaissent. Donc on se pique en plus avec autre chose ! Il y a la super étape de la ponction, qu'il faut elle aussi préparée. Il y a les prises de sang, les vérifications X et Y. Et on va s'entendre tout de suite, la ponction ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable ! Ensuite, on espère. On espère qu'il y ait des follicules normaux, assez matures pour former des embryons. Si c'Est le cas (dans mon cas sur les 8 follicules, j'en ai eu 5 de matures qui ont fait des embryons ! ça faisait beaucoup !), on tente le coup avec la FIV. Donc on effectue un transfert d'un embryon. J'aurais voulu deux embryons pour être sûre, au cas ou ça ne fonctionnait pas, mais bon. Finalement, il y a eu un embryon de mauvaise qualité, on m'en a transféré un et j'ai conservé les 3 autres congelés.
Après le transfert, ce n'est pas encore fini... parce qu'il faut attendre, attendre pour savoir si cela a fonctionné. Après toutes ces piqûres tous les jours, les prises de sang, les échos tous les deux jours, la ponction, le transfert, l'angoisse et l'espoir... on attend. Puis, c'est le fameux jour de la prise de sang qui confirme ou non la grossesse. Dans mon cas, vous savez la suite : OUI!!!! Enfin !

Petit ange au creux de mon ventre : je t'ai bien vu!

Comme prévu, nous avons quitté la maison vers 9h ce matin, après un bon déjeuner et une pause pipi pour moi. Puis, nous étions sur la route qui nous menait à la clinique pour ce rendez-vous officiel avec notre futur enfant. J'étais tellement énervée, autant que si cela avait été ma première échographie. Pourtant, depuis le début des essais FIV, je suis loin d'en être à la première écho ! C'était sûrement un mélange entre les enjeux importants qui sous-tendaient cette rencontre (verrait-on à l'échographie une quelconque malformation et/ou les facteurs de risque liés à une maladie chromosomique seraient-ils si importants qu'il nous faudrait envisager une amniocentèse) et le fait que cette fois-ci j'étais bel et bien enceinte et je suivais le même processus que toute autre femme enceinte.
Comme nous l'avions prévu, nous sommes arrivés avant 10h, vers 9h45 nous étions bien assis dans la salle d'attente. Il n'y avait plus de trafic vraiment quand nous sommes partis. La clinique OVO est située sur le boul. Décarie, sur la voie de service de l'autoroute donc c'est facile d'accès de chez nous et bien pratique. Le rendez-vous était au 6e étage de l'immeuble. Vous auriez dû me voir devant la réceptionniste, entrain de froisser sans m'en rendre compte mon ordonnance ! C'est Malik qui a dû confirmer mon nom, tellement j'étais émue. Bon d'accord j'exagère un peu, mais à peine. :) La préposée nous a demandé s'il était prévu que je fasse l'échographie et les prises de sang ou uniquement l'échographie... J'avoue que là, je n'étais plus sûre... et puis oui on m'avait bien parlé de prises de sang. Elle a vérifié et confirmé que vu mon âge (je n'ai que 40 ans!), c'était fortement recommandé de faire les deux tests. Ainsi, notre résultat serait plus fiable. Parfait ! Va pour les deux tests. De toute façon, au nombre de prises de sang que l'on doit faire pour la grossesse... :(
Nous avons attendu une dizaine de minutes avant qu'on vienne nous chercher pour nous introduire dans la petite salle d'échographie. Il y avait des chandelles pour seule lumière, j'ai trouvé ça bien sympa pour l'ambiance. Et là, révélation : on voyait ce petit être sur grand écran. C'Est fou ! À peine 12 semaines et c'Est presque entièrement formé, comme un adulte. Je me suis émerveillée devant ses doigts et ses pieds, j'aurais voulu compter chaque phalange, encore et encore. La dame qui nous a fait passer l'écho était d'une gentillesse, elle a vraiment pris le temps de bien nous expliquer, elle nous a montré chaque détail... excepté le sexe ! Elle nous a demandé si nous désirions le savoir parce qu'elle pourrait essayer de voir si c'était possible de le savoir maintenant. Nous nous sommes regardés et nous étions si étonnés ! Nous n'avions pas prévu cette question ! J'ai donc préféré garder le secret, nous aurons le temps d'y penser et de décider d'ici la prochaine échographie de 20 semaines si nous désirons le connaître.

Puis, la grande question : les mesures sont-elles bonnes ? A priori, les mesures semblaient normales. Ouf ! Le stress (auquel je ne pensais plus peut redescendre!), mais je dois quand même passer la prise de sang pour confirmer le tout. J'ai le choix de le faire en express pour avoir les résultats la même journée (en 2h) ou de le faire normalement (ça prend 48h pour obtenir les résultats). J'ai choisi un traitement normal (48h) parce que nous ne savons pas si nos assurances rembourseront le surplus pour la rapidité :)
Donc voilà, pour les résultats finaux : je les obtiendrai dans 48h. Mais puisque lundi c'est férié, je pense que malheureusement ça ira seulement à mardi. Mais bon, nous sommes bien encouragés avec les mesures de l'échographie, mon risque d'anomalies semblaient assez faibles. Donc nous sommes rassurés.

J'ai passé le reste de la journée à me caresser la bedaine. :) Et je dois me retenir à deux mains pour ne pas regarder tout de suite le DVD de l'échographie qu'ils nous ont remis. J'avais promis à mon amie Elie qu'on le visionnerait ensemble. Elle devrait passer à la maison ce soir. J'ai déjà hâte de le revoir... :)

jeudi 19 mai 2011

Mon dépistage prénatal sera demain !!!

J'ai tellement hâte. Demain mon mari et moi partirons vers 9h de la maison pour nous rendre à la clinique (je suis suivie à la clinique OVO pour les traitements de fertilité, donc j'ai décidé d'aller au même endroit pour le dépistage prénatal) pour notre rendez-vous de 10h. Je sais on part un peu tôt, ça ne prend habituellement pas une heure se rendre de Boisbriand à Montréal, mais j'aime mieux prévoir plus de temps, avec le trafic on ne sait jamais. Dès 10h, nous serons là, prêts, nous attendrons la première vraie rencontre visuelle avec notre cher enfant qui prend vie dans mon ventre. J'ai tellement hâte. C'est vrai que moi j'ai eu la chance d'avoir deux autres échographies avant celle-là, mais le foetus était tellement petit qu'on ne voyait pas très bien, on n'avait pas l'impression que c'était un bébé encore. Quoique si, je sentais déjà que je portais un enfant, mais là, il aura grandi nous pourrons voir tous ces membres, sa colonne vertébrale, ses pieds et ses mains. Ah j'ai hâte ! Peut-être aurons-nous même la chance de connaître le sexe... bien qu'on m'ait dit que théoriquement nous ne sommes pas supposés le voir déjà. On ne sait jamais :)
Moi, je veux surtout m'assurer que tout est correct, qu'il n'a pas de maladies chromosomiques. Sérieusement, je ne sais pas ce qu'on ferait si c'était le cas... j'imagine que je ferais évidemment l'amniocentèse si on me disait que les risques étaient grands et si on confirmait alors la maladie... Je devrais réfléchir. Je sais que mon mari est plus catégorique, il ne veut pas mettre au monde un enfant trisomique. Je comprends ses raisons et je les trouve justifiées. C'est vrai que c'est beaucoup de réorganisation, c'est un enfant qui aura besoin de beaucoup de soins et d'attention particulière. Mais, en même temps, j'ai envie de passer beaucoup de temps avec ce futur enfant. On dirait aussi que je n'ai pas envie de laisser passer cette chance d'avoir un enfant. Après toutes ces années d'efforts pour en avoir un. Suis-je prête à laisser tomber mon rêve ? en même temps, je ne sais pas si je suis prête à vivre avec un enfant trisomique... Je ne sais pas vraiment ce que ça représente et implique et les conséquences pour cet enfant surtout...

J'ai beaucoup aimé lire l'article sur le site de Canal Vie concernant le dépistage prénatal, mais voyez comme ça me fait me questionner !
Espérons surtout qu'on me dira demain qu'il est en santé. Je vous redonne des nouvelles après l'échographie.

mercredi 18 mai 2011

Préparation affective à la naissance ou l'haptonomie

Je commence à m'informer sur plein de choses pour préparer ma grossesse du mieux que je puisse et surtout me préparer à l'accouchement. J'avais trouvé des infos hier ou avant hier je ne sais plus sur l'hypnose et aujourd'hui j'ai lu quelque chose sur l'haptonomie. En avez-vous déjà entendu parler ?

L'haptonomie serait la « science des interactions et des relations affectives humaines ». Elle mise sur une présence dite affective et « confirmante » qui se manifeste par le toucher.
http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=haptonomie_th 


(résumé du site de passeport santé)

En haptonomie prénatale, les rencontres ont lieu environ aux trois ou quatre semaines, en individuel plutôt qu’en groupe. On y expérimente diverses façons d’établir de riches contacts avec l’enfant à naître, on apprend à les poursuivre à la maison et on pourra les utiliser au moment de l’accouchement.

Une des techniques de l’haptonomie a pour but de maîtriser la douleur durant l’accouchement. Pendant les rencontres prénatales, la femme s’habitue à ne pas fixer son attention sur une zone douloureuse (qui est provoquée délibérément pendant les « pratiques », en pinçant la cuisse, par exemple). Elle apprend plutôt à se « prolonger » dans les mains et le regard de son conjoint, par exemple. Ainsi, selon la théorie, la douleur cesse d’occuper tout l’espace, et la femme a l’impression de la laisser couler au lieu de lutter contre elle, ce qui peut être fort utile au moment de l’accouchement.

On trouve des praticiens formés par Frans Veldman au Québec et en Europe (surtout en France). Ils sont sages-femmes, psychothérapeutes, infirmières, ostéopathes, etc. On obtient leurs coordonnées par les réseaux des sages-femmes ou en faisant la demande par courriel auprès du CIRDH.

Centre international de recherche et de développement de l'haptonomie (CIRDH)

Institut scientifique d'haptonomie (ISH)

 Préparation affective à la naissance

Ça me semble très sympa de communiquer avec le bébé pendant la grossesse. De le sentir. A ce qu'on en dit sur ces sites, le bébé communique avec vous. Évidemment, moi, habitué au contact et au toucher (je pratique la massothérapie), ça me rejoins beaucoup. En lisant sur la préparation affective à la naissance je suis aussi charmée, c'est peut-être un peu plus englobant que l'haptonomie. Mais, je ne sais pas si mon mari serait aussi intéressé, il trouve parfois mes recherches un peu ésotériques :)


Et l'autre question que je n'ai pas réussi à élucider c'est le coût associé à ces démarches. On dit que cela dépend des professionnels et qu'il faut leur demander leur tarif. C'est quand même des rencontres d'une heure en privée (en couple) donc ce doit être au moins 75 $ j'imagine.


Qu'en pensez-vous ? Est-ce que ce sont des méthodes vraiment intéressantes ? Devrais-je aller plus loin dans ma recherche ? Je pense que je vais au moins m'informer un peu plus. Je vous tiens informé :) !!!

lundi 16 mai 2011

Une amie atteinte du cancer du sein

J'ai reçu une nouvelle tout à l'heure qui m'a fait l'effet d'un coup de massue. Un petit mail anodin d'une amie, dont le sujet était troublant "Evénement imprévisible arrive, je ne serai pas au chalet". Nous avions parlé cette année de louer peut-être un chalet (avec 3 amies de longue date, nous nous sommes rencontrés en formation professionnelle). Nous pensions que cela aurait pu être sympa de se retrouver toutes les 4, entre filles, pour une fin de semaine dans un chalet. Rien n'était encore réglé, mais Sophie devait réserver dans les prochaines semaines... Et voilà ce courriel qui vient tout bouleverser.

Cette amie est enceinte d'un peu plus de deux mois. Elle nous a écrit qu'elle venait d'apprendre après un rendez-vous chez son médecin, qui devait être un rendez-vous de routine, que le terrible verdict venait de tomber sur elle : le cancer. Un cancer du sein virulent apparemment. Tellement puissant qu'elle ne peut pas attendre la fin de la grossesse avant d'être soignée... Elle devra donc se faire avorter pour débuter rapidement la chimio. Elle devrait avoir des traitements de chimio et radiothérapie pendant plusieurs mois. Elle perdra donc ses cheveux. Ces traitements seront très puissants et risquent d'affecter sa fertilité. Tous les traitements d'hormones peuvent avoir des conséquences sur les organes reproducteurs... donc peut-être qu'elle ne pourra plus avoir d'enfant après les traitements. Nous étions si heureuse d'être enceintes en même temps. Je l'ai appelé quand j'ai reçu son courriel, j'étais tellement atterrée. Je lui ai dit qu'il fallait qu'elle garde plein d'ovules congelées pour pouvoir les utiliser si elle devenait infertile. Je me disais qu'au moins je lui donnerais un peu d'espoir de voir son rêve de famille se réaliser. Elle, qui avait peur de ne jamais pouvoir avoir d'enfant (en me regardant incapable de tomber enceinte pendant plus de 3 ans, ça décourage!), mais non, ils avaient réussi après moins d'un an d'essai... et voilà qu'elle devait dire au revoir à cette nouvelle vie qui prenait racine au sein d'elle. C'est trop injuste. Et là, elle m'a dit que les médecins avaient déjà prévu le coup, il lui avait déjà parlé de cette possibilité, mais l'avait écartée d'emblée... C'est impossible de conserver ces ovules, puisqu'elle est déjà enceinte, après l'avortement ils n'auront pas le temps d'attendre un nouveau cycle pour récupérer des ovules parce que le cancer est trop virulent et ce sera risqué d'attendre. Elle doit vraiment commencer les traitements le plus tôt possible.

C'est tellement triste. J'étais là comme une belle nouille à pleurer et à m'imaginer à sa place... C'est quoi cette vie ? Tu portes la vie et tu portes la mort en même temps !?! J'aurais tellement voulu pouvoir l'aider mais il n'y a rien à faire et je suis nulle dans ces moments-là, quoi dire quoi faire !?

Cette amie a à peine 37 ans. 37 ans et atteinte du cancer, mais que se passe-t-il dans ce monde ? Et ce n'est pas comme si j'aurais pu penser un jour qu'elle aurait un cancer. Elle ne fume pas, mange bien et bio (elle est même trop insistante avec ça), elle fait un peu de sport (pas trop quand même, mais ne fait pas d'embonpoint). Elle a un régime de vie sain, pourquoi elle ?

Il était presque minuit dimanche soir quand je me suis décidée à essayer de comprendre pourquoi ce cancer avait touché ma copine...

Qu'est-ce que le cancer du sein ?
Le cancer du sein se forme dans les cellules du sein. Le tissu mammaire ne comprend pas seulement le sein, mais aussi la partie du corps comprise entre la clavicule, l’aisselle et la lame du sternum, au milieu de la poitrine. Les cellules cancéreuses peuvent se développer dans les canaux galactophores (il s’agit alors d’un carcinome canalaire) ou dans les lobules (carcinome lobulaire). Le carcinome canalaire est le type le plus fréquent de cancer du sein.

Estimation du nombre de cas :
  • En 2010, on estime que 23 200 femmes au Canada seront diagnostiquées d’un cancer du sein, une augmentation de 500 par rapport à 2009.
  • En moyenne, 445 Canadiennes seront diagnostiquées d’un cancer du sein chaque semaine, une augmentation de 9 femmes par semaine par rapport à 2009.
  • Estimation du nombre de nouveaux cas de cancer du sein chez les femmes selon l’âge :
    • 6 600 cas de cancer du sein diagnostiqués chez les femmes de plus de 70 ans
    • 5 800 cas de cancer du sein diagnostiqués chez les femmes de 60 à 69 ans
    • 6 200 cas de cancer du sein diagnostiqués chez les femmes de 50 à 59 ans
    • 3 500 cas de cancer du sein diagnostiqués chez les femmes de 40 à 49 ans
    • 950 cas de cancer du sein diagnostiqués chez les femmes de moins de 40 ans
  • Environ 19% des cancers du sein seront diagnostiqués chez les femmes de moins de 50 ans et 28 % seront diagnostiquées chez les femmes de plus de 70 ans.
    • Plus de 50 % des cancers du sein seront diagnostiqués chez les femmes âgées entre 50 et 59 ans.
Estimation du taux de mortalité :
  • En 2010, on estime que  5 300 Canadiennes seront emportées par le cancer du sein, pas de changement par rapport à 2009.Cela représente 100 femmes par semaine.
 Tendances
  • Une Canadienne sur neuf (11%) sera atteinte du cancer du sein au cours de sa vie (si elle vit jusqu’à l’âge de 90 ans).
  • une Canadienne sur 28 mourra d’un cancer du sein.
  • Pour le moment, le taux de survie de cinq ans du cancer du sein au Canada est de 87 %, ce qui veut dire que les femmes diagnostiquées d’un cancer du sein ont 87 % de chances de vivre 5 ans après leur diagnostique.
Plus d'informations sur le cancer du sein :


Ah ! Je suis épuisée et tellement triste...

vendredi 13 mai 2011

Accoucher autrement : sous hypnose

Les Québécoises sont les championnes canadiennes de l’épidurale, d’après une enquête nationale sur la maternité publiée au printemps 2009. Sept femmes sur dix ont recours à cette forme d’anesthésie au moment de l’accouchement. Le rapport révélait également que les Québécoises manquent cruellement d’information quant aux autres techniques de contrôle de la douleur. Pourquoi tant d’épidurales au Québec?

Plusieurs professionnels de la santé et de l’accompagnement de grossesse, et même des hôpitaux, remettent en question la surmédicalisation de l’accouchement et offrent des solutions de remplacement pour contrôler la douleur : immersion dans l’eau, ballons d’entraînement, massages, acupuncture et même, hypnose.

J'ai cherché  à en connaître un peu plus sur cette technique qui m'était totalement inconnue.

J'ai trouvé sur internet ce vidéo mis en ligne par hypno-vie.




Hypno-vie, un organisme qui forme à l'auto-hypnose
La Dre Fiset a lancé le programme Hypno-Vie en 2005. Depuis, elle a formé plus de cinquante instructeurs, dont une trentaine exercent au Québec
C'est un programme qui se déroule sur 4 à 6 semaines; il comporte 4 sessions de formation et des exercices à faire à la maison. La formation est aussi disponible sur CD.

On parle de cette technique et de tout ce sujet dans cette émission du 22 octobre 2009 : Accoucher autrement, diffusée à télé-Québec en 2009.
http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=591 

Qu'en pensez-vous ? Les accouchements sous hypnose c'est vraiment très efficace ? Connaissez-vous des anecdotes sur le sujet ? Hum, je vais fouiller les forums là-dessus... ça m'intrigue !

lundi 9 mai 2011

8 SA : les nausées encore présentes, mais l'appétit est là

J'adore suivre l'évolution du développement de bébé. Dans mon petit livre sur la grossesse on m'apprend que notre bébé mesure presque 3 cm et pèse environ 2,5 g. A ce stade de la grossesse, son cœur bat, tous les organes sont formés et son cerveau se développe petit à petit. La totalité du système vasculaire est constituée. Ses mains et ses pieds sont maintenant complètement formés.
A la fin de cette semaine, je devrais en principe pouvoir entendre les battements du cœur de bébé grâce au doppler. Youppi!!! Et je devrais avoir une échographie à la fin de la semaine... donc on fera certaine le test du doppler. J'ai tellement hâte d'entendre son petit coeur battre, ça rassure évidemment, mais je pense que ça va m'aider à réaliser qu'il est bien là, vivant, accroché aux parois et prêt à vivre ce long voyage.
Moi, ça va... malgré les nausées qui ne veulent pas s'estomper. Pourtant, j'ai lu qu'après le second mois, les nausées devraient disparaître. Ça va quand même ce n'est pas comme si je ne pouvais rien faire. Mais parfois, je me réveille le matin et je me sens un peu mal, assez mal pour ne pas avoir envie de me lever et avoir l'impression que je vais renvoyer sur le plancher mon repas de la veille :(
Parfois, comme ce matin, je demande à mon chéri d'aller me chercher des toats melba ou des biscuits soda, j'en engloutis 4 ou 5 couchée dans le lit et ensuite je peux me lever. Je dois me dépêcher à aller prendre mon déjeuner et ensuite ça va à peu près jusqu'à la prochaine vague.
En fait, il y a plein de situations qui me donnent la nausée : les transports (métro, voiture, train), les locaux fermés, certaines odeurs (la saucisse, le café à la vanille)... Une seule solution : manger ! Au moins, j'ai toujours envie de manger :) donc je peux aisément faire passer mes nausées en mangeant. Pas trop difficile !

Stress et grossesse : une étude révèle des répercussions comportementales chez l'enfant

Une étude australienne, lue sur le site de Canal Vie, parue dans Research Australia met en garde contre le stress que pourrait vivre la future maman. Evidemment, on se doutait que le stress n'était pas nécessairement agréable pour le bébé (puisqu'il ne l'est pas du tout pour la maman qui le vit :) mais de là à dire que ça avait des répercussions sur le comportement des enfants... rendus à 5 ans, 8 ans ou 14 ans !!! Là, je suis interloquée !

Les résultats de cette étude longitudinale, ayant porté sur près de 3 000 femmes enceintes, nous apprennent qu'il y aurait une forte corrélation entre le stress et les problèmes comportementaux des enfants.
Ces problèmes ont été relevés auprès des enfants nés de cette cohorte, une fois qu'ils ont eu 2, 5, 8, 10 et 14 ans. Wow! Donc le retrait préventif prend tout son sens et encore plus. Il y a certes de bonnes raisons pour exclure les femmes enceintes des environnements stressants. 
 
D'autre part, il semble que le nombre d'événements stressants pèse plus lourd dans la balance que le type de stress vécu en tant que tel.
Ainsi, vivre deux événements stressants ou moins n'aurait aucun impact, mais au-delà de trois, les risques que l'enfant ait un comportement difficile augmentent.
Les types de stress que peut vivre une femme enceinte considérés dans cette étude consistaient en une perte d'emploi, des difficultés relationnelles ou financières, des problèmes avec ses autres enfants, une grossesse compliquée ou la mort d'un proche, entre autres.

Une chance : mon boulot n'est pas stressant, surtout que je le pratique chez moi deux fois par semaine. Mon couple va bien, pour l'instant mes proches tiennent le coup, nous n'avons pas vraiment de difficultés financières (nous ne roulons pas sur l'or, mais ça va), hum mon seul vrai stress important est lié à la grossesse, les risques de fausse couche, les complications possibles, les maladies... Je dois donc travailler sur moi pour faire de la visualisation dé-stressante !

vendredi 6 mai 2011

La fête des mères

Oh la la, je suis tombée sur ce billet de Louis Simon Ferland sur le site de Yoopa et je voulais pleurer. Je me sens d'une grande sensibilité aujourd'hui. C'est peut-être la grossesse...
 J'en mets un petit extrait :

Je sais qui vous êtes. On ne se connait pas vraiment, mais je vous connais quand même. Vous êtes une maman, n’est-ce pas? Vous écrivez parfois ici, au bas de ce billet. Je vous ai lu réagir à d’autres textes, commenter d’autres articles. Et souvent, vous n’écrivez pas. Mais vous lisez. Alors aujourd'hui c’est à mon tour d’écrire juste pour vous.
Je vous ai vu au soccer, en train d’encourager votre garçon, qui venait enfin de toucher au ballon.
Je vous ai croisé à l’épicerie, quand vous répétiez à votre bambin pour la 6e fois que non, vous n’alliez pas acheter des bonbons.
Je vous ai aperçu à la clinique sur votre chaise d’inquiétude, en train d’espérer que le virus allait laisser votre fillette tranquille.
Je vous ai salué à l’école quand votre êtes venue chercher votre petit dernier.
J’ai attendu avec vous chez le dentiste, quand vous avez essayé de rassurer votre fiston.
Vous êtes une maman. Je ne vous connais pas, mais je vous admire. Oui, j’ai vu cette petite ride qui n’y était pas avant. Une ride au coin de l’œil, qui raconte les nuits de fièvre, les otites, les journées d’angoisse pour un rien, pour un tracas maternel. Sont-ils en sécurité? Manquent-t-il de quelque chose? Va-t-elle se faire des amis? Est-ce qu’il a assez mangé? Est-ce que je l’ai habillée assez chaudement?

C'Est beau non ? ça ne vous donne pas un peu envie de pleurer ? Moi si. Alors que mon enfant n'est même pas encore né et à peine conçu ! Je me projette déjà dans tout ça, en fait ça fait déjà quelques années que je me projette dans tout ça...
Ma mère me disait souvent quand j'étais jeune adolescente, "tu verras ma fille, tu comprendras quand tu auras des enfants", et bien j'ai l'impression que je commence à comprendre quand je lis ça.

Je t'aime maman !

jeudi 5 mai 2011

Le dépistage prénatal, question de morale ?

J'ai parlé avec mon médecin de la clinique cette semaine. Il m'a parlé du dépistage prénatal qui devait être fait entre la 11e et la 13e semaine de grossesse. Ce n'est pas tout de suite, mais vaut mieux prévoir à l'avance si je veux prendre les RDV et tout. A mon âge (et oui bientôt 40 !) c'est évidemment recommandé de le faire... Mais, avant de parler de la technique et de mes RDV, je voulais juste aborder le choix "éthique" de faire se dépistage ou non.
En fait, je n'avais jamais vu la question sous cet angle. Une amie de ma soeur mangeait chez elle ce dimanche alors que je faisais un petit détour par Laval pour aller dire bonjour à la famille. La dite amie de ma soeur est enceinte de son 2e. Elle me dit qu'elle est à sa 12e semaine de grossesse et je lui demande si elle a passé la première échographie (pour les femmes avec une grossesse normale !) pendant le dépistage prénatal. Elle me regarde avec des yeux un peu outrés en me répondant que le dépistage prénatal n'est pas couvert par l'assurance maladie (ce qui est en partie faux) parce que ce n'est vraiment pas obligatoire et ce peut être loin d'être recommandé. Elle m'explique que cela peut conduire à des avortements "abusifs". Les trisomiques ont droit à la vie au même titre que tous les autres humains.
D'accord je comprenais son point de vue, mais quand même, en faire une question de morale et d'éthique aussi poussée, je ne sais pas je trouvais cela bizarre.
C'est vrai que ça soulève plein d'autres questions... Moi, par exemple, qui ai attendu si longtemps pour avoir un enfant, est-ce que je me ferais avorter sachant qu'il est trisomique ? Ce serait dur à accepter. je m'étais toujours dit que je me ferais avorter, parce que c'est vraiment difficile vivre avec une déficience, pour les parents certes mais surtout pour l'enfant. Mais bon, maintenant que j'y pense avec le foetus dans le ventre je trouve cela plus difficile à trancher.
Je pense que même lorsque tu es prêt à te dire que tu veux mettre au monde l'enfant trisomique, c'est mieux de le savoir à l'avance pour pouvoir bien préparer sa venue justement.

Dois-je appliquer une crème anti-vergetures ?

J'ai déjà quelques vergetures ici et là, rien de trop sérieux, mais tout de même... Et là en lisant quelques lignes sur un blog et sur un site, je me rends compte que je n'ai pas encore commencé à me mettre de la crème. C'est vrai que je n'ai encore aucune forme qui pointe à l'horizon. Pas de petit ventre rond encore, mais quand on lit ceci :
"il est préférable de vous tartiner de crème anti-vergeture dès le début de la grossesse ! Pour cela, il faut évidemment bien tartiner le ventre, mais surtout, n’oubliez pas les côtés du ventre, les hanches, en tant que vous y êtes, ne lésinez pas non plus à tartiner vos cuisses et vos seins !"
Et bien on panique un peu. Qu'est-ce que j'attends moi ?
En plus, à mon âge, je suis certaine que j'ai deux fois plus de risques de me retrouver avec des vergetures énormes. Donc, malgré ce que disent plein de femmes sur les forums (que ça ne sert à rien de mettre de la crème, ta peau est ou n'est pas élastique et voilà tout), moi je préfère mettre toutes les chances de mon côté.

Mais alors quand on a décidé de faire partie de celle qui se crème, quelle crème choisir ?
il y a  150 différentes marques (Palmer’s, Mustela…) mais plusieurs personnes semblent suggérer d'utiliser de l'huile d'amande douce.  Moi je voudrais LA meilleure crème évidemment. :) et la plus efficace par dessus le marché, ça va de soi !

Et ce sera long tout ça, il faudra ajouter du temps de préparation le matin. La blogueuse que je lisais parlait de 10 à 15 minutes matin ET soir…pour continuer à avoir un beau bedon !

Allez courage, ce n’est que 9 mois ! Ouf!

mercredi 4 mai 2011

Booster blog

Un site qui me permet de référencer mon blog afin qu'il soit plus accessible sur le web.
http://www.boosterblog.com

Dans l'autobus

Je m'assois dans l'autobus hier en revenant du travail. Je m'installe avec un livre et j'allais m'y plonger quand je remarque devant moi un papa assis entre ces deux enfants. Une fillette qui doit avoir environ 5 ans et un garçon, l'aîné, qui doit approcher des 8 ans. La jeune fille est très mignonne, elle est assisse et se fredonne des chansons qu'elle semble inventer au fur et à mesure. Son frère est tout aussi calme, assis à la gauche de son père, il tente de regarder de temps à autre par dessus son épaule. L'homme, lui, est de taille moyenne, porte des chaussures de ville noire, un blouson de cuir noir à la mode et a la tête baissée, fixée sur son petit écran qu'il tapote sans arrêt. On dirait un téléphone cellulaire dernière génération, qu'il a fait basculer à l'horizontal. Je remarque aussi ces petits écouteurs, bien fixés dans chacune de ses oreilles, qui ne semblent pas reliés à l'appareil qu'il tient en main, mais plutôt à un ipod qu'il doit avoir en poche. Pendant les 20 minutes que nous avons "passé ensemble", dans ce même autobus, il n'a pas levé les yeux une seule fois de son gadget, il n'a pas prononcé un mot, il n'a pas sourit à ces enfants ou leur a accordé la moindre attention. Il est resté tête baissée à toucher à son écran. Pour ma part, j'ai été incapable de me remettre à lire. J'observais plus ou moins discrètement les réactions des enfants, j'essayais de devenir leurs pensées, je les épiais, oui.
Et je me suis surpris à avoir cette réflexion, sur la non-interaction entre ce père et ses enfants. Et puis je me suis dit, peut-être que c'est un papa attentionné (sûrement d'ailleurs), qui est allé les chercher à l'école et/ou la garderie, qu'il part tôt du boulot pour passer du temps avec eux et donc qu'il règle ses derniers dossiers sur son téléphone dans l'autobus sur le chemin du retour à la maison afin d'être libéré pour la soirée. Mais malgré moi, bien que je ne voulais pas juger ce père-là en particulier, la situation me portait à réfléchir à notre mode de fonctionnement en société, nos exigences envers le travailleur, notre individualisation accrue, notre peur de l'Autre, l'accent mis aujourd'hui sur la satisfaction de ses besoins personnels.

Cet exemple dans l'autobus, n'était qu'un exemple parmi tant d'autre. Nous ne nous rendons même plus compte que nous nous fermons de plus en plus aux autres, aux contacts humains réels. Nous avons nos profils facebook, écrivons sur notre propre mur, les autres nous lisent, chacun sait un peu ce que tout le monde fait (ceux qui veulent bien l'écrire), mais établissons-nous réellement plus de contacts ? Je dirais probablement moins, pcq on a l'impression d'entretenir certains liens grâce à Facebook, alors que ce n'est pas vraiment le cas.
On a peu de vacances, beaucoup de personnes ont deux semaines, il y a beaucoup de pression et d'attention portée sur la performance au travail, ne sommes-nous pas entrain de passer à côté de quelque chose qui s'appelle la vie ?
J'en étais à peu près là dans ma réflexion quand le papa a finalement levé les yeux et jeté un regard dehors pour savoir visiblement à quel arrêt nous en étions. Il n'en a pas profité pour jeter un petit regard sur ses enfants, ou pour leur sourire.
Puis, deux ou trois minutes plus tard, il retournait l'appareil en sens vertical. Aurait-il terminé ? Son fils est plus rapide que moi et lui dit : " Pourquoi t'arrêtes de jouer " Et son papa lui répond parce que nous décidons dans deux arrêts, je ne voudrais pas manquer notre arrêt. Alors c'était ça... Il jouait à un jeu. Je comprends pourquoi son garçon s'étirait le cou à vouloir regarder ce qui se passait sur l'appareil. N'est-ce pas le monde à l'envers ? Je croyais que c'était les parents qui disaient à leurs enfants: pas trop je jeux vidéos, viens manger, viens nous raconter ta journée...
Nous aussi, nous pouvons être tellement absorbés par nos passe-temps que nous pouvons oublier que nos petits êtres chéris sont là, tout près de nous, prêts à échanger et partager des contacts humains.
Oh la la ! Ça fait un peu peur tout ça.
1- Vais-je être à la hauteur et à l'écoute de mon enfant ? Disponible ?
2- Notre société est-elle entrain de créer des individus de plus en plus indépendants les uns des autres, autosuffisants grâce à leur technologie omniprésente
3- Vais-je être jugée, moi aussi, par des personnes comme moi, qui partiront dans leur tête sur des réflexions philosophiques sur la vie en me regardant agir avec mon enfant ...

dimanche 1 mai 2011

Boutique de maternité à Blainville Bleu Citron

Bon ça y est, je fais presque de la pub. :) Je suis allée avec une copine hier pour magasiner un peu. Je ne veux évidemment pas commencer à acheter trop de vente tout de suite puisque je ne sais pas le sexe et surtout que ça ne fait pas encore trois mois (on sait jamais avec les fausses couches). Mais nous avions envie de fouiner un peu. On savait qu'il y avait quelques boutiques à Montréal, au Carrefour Laval je pense qu'il y a un thyme maternité peut-être qu'à Rosemère il y a aussi un magasin de maternité et pour les enfants. Oui pour les enfants je sais qu'il y a un souris mini au carrefour. Bref, j'aurais aimé trouvé une petite boutique près de chez moi. ET on est tombé sur la boutique Bleu Citron à Blainville. C'est une friperie où l'on trouve des vêtements de maternité et des vêtements pour les enfants de 0 à 8 ans et c'est super bien pcq il y en a pour tous les prix puisqu'on retrouve du neuf et de l'usagé.
Devinez si on s'est laissé tenter ??? Et bien oui !!! Nous n'avons pas fait les folles, mais j'ai acheté trois petits ensembles unisexes, deux pyjamas qui sont adorables et quelques morceaux de maternité.

Si vous êtes de la rive-Nord ce peut être un endroit à connaître.

Bon magasinage !

Voici leur adresse internet : http://www.boutiquebleucitron.com/